03/04/2018

Urbanisme › MOINS DE SURFACES À CONSTRUIRE

La surface constructible devra diminuer...|Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Le PLU adopté en 2005 comportait 65 hectares constructibles. Aujourd’hui, la commune doit réduire fortement ces surfaces et n'en conserver que 17, soit l'équivalent de 95 à 110 maisons dans les dix ans qui viennent. Si ce nombre était atteint plus tôt, elle pourrait demander une révision du PLUi...

— Par Colette Mayet-Delbourg, conseillère municipale.



Mais, cela ne pourra se faire que dans un développement harmonieux autour des constructions existantes du centre bourg. Il ne faudra pas oublier non plus la possibilité de transformer des bâtiments de caractère qui ont fait l'objet de repérages hors des agglomérations (granges, séchoirs à tabac ... ) et qui pourront devenir par exemple des gîtes ou des locaux pour artisans.

Étant donné l'ampleur de la diminution des surfaces constructibles, il faudra distinguer deux catégories de propriétaires, en fonction de la proximité avec le centre bourg, mais aussi par rapport à la qualité des projets.

Un propriétaire qui avait aujourd'hui une ou plusieurs parcelles constructibles va subir une perte potentielle si ces parcelles ne sont plus constructibles. Mais, s'il a disposé, depuis l'adoption du PLU villeréalais, en 2005, de parcelles constructibles, il doit constater que ces parcelles, treize ans après, n'ont pas encore trouvé d'acquéreur.

Le temps de l'enquête publique

Situation différente pour des personnes qui ont acheté des parcelles constructibles et qui pourraient ne plus l'être. Lorsque l'achat a été fait, leur projet de construction était envisagé par exemple au moment de la retraite, et l'arrivée du PLUi peut bousculer ce calendrier.

Les élus villeréalais ont donc plaidé en faveur de ces acheteurs qui ont déjà investi des sommes conséquentes. Leurs parcelles ont été intégrées dans les 17 hectares.

Après la dernière réunion préparatoire sur le zonage, une enquête publique sera ouverte avant l'adoption définitive du PLUi, fin 2019. Cette enquête peut permettre de prendre en compte, à la marge, certaines demandes en sachant que le total des surfaces constructibles accordé ne pourra pas être modifié.


 

 

 

03/04/2018