15/11/2019

Protection animale › AU CHENIL DÉPARTEMENTAL DE CAUBEYRES

Le chenil de Caubeyres est géré par le département de Lot-et-Garonne.|Photo DR

Un changement important vient d’intervenir au chenil-fourrière de Caubeyres ! La lecture du compte rendu de la séance extraordinaire du comité syndical du SIVU fourrière du 14 septembre explique très clairement la raison principale du changement de statuts qui a été adopté : Présents : 71, absents excusés : 8, procuration : 2, absents non excusés ... 238 !...

— Par Jean-Raymond Crucioni, conseiller municipal.



Le chenil-fourrière n’est pas en cause dans cette absence massive de délégués.

Il est vraisemblable que la raison première soit le choix de lieux de réunions (proches du chenil) à une extrémité du département.

Le maire de Villeréal avait suggéré, il y a un an, que ces réunions soient organisées à tour de rôle dans différents secteurs du territoire, mais cette proposition n’avait pas été retenue.

Afin d’éviter de se retrouver à nouveau dans l’impossibilité de siéger, faute de quorum, un nouveau système de représentation a été imaginé.

Jusqu’à présent, les communes déléguaient un titulaire et un suppléant au conseil syndical. Désormais, les délégués municipaux éliront au sein de leur collège électoral, constitué selon les frontières des communautés de communes, des conseillers syndicaux titulaires et suppléants.

Leur nombre sera fixé en fonction de la population : ainsi, pour la communauté des communes Bastides en Haut-Agenais, en fonction de la population recensée en 2020, ce nombre sera vraisemblablement de trois.

Un nouveau système de représentation

Cela devrait permettre de faire des réunions sans avoir à les reporter faute de présents : on passe de 319 délégués à 58 conseillers.

Il faut par ailleurs rappeler que le chenil-fourrière n’a pas pour mission de rechercher des animaux dans les rues des villages ou sur les routes.

Il intervient lorsque des communes souhaitent lui remettre des animaux qui ont été récupérés parce qu’ils étaient errants.

Le chenil-fourrière recherche alors les propriétaires, soigne les animaux et, si personne ne se présente, confie l’animal à une association afin qu’il soit ensuite adopté.


 

 

 

 

15/11/2019