25/06/2018

La Finale de Lacapelle › LE CŒUR N'A PAS SUFFI

Les Rouge et Blanc se sont montrés intraitables en défense !|Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

– LACAPELLE 15
– ARCANGUES 20
Pour la seconde fois en l'espace de dix ans, les Capelains disputaient une finale du championnat de France de Rugby. Le bon peuple en rouge et blanc – quasiment tout le village ! – a poussé et crié son amour pour les siens jusqu'au bout. Mais, dans ce bras de fer ultime, le cœur, le courage et l'ardeur au combat n'auront pas suffi. Pourtant la ligne capelaine n'a cédé qu'une fois...



La ferveur populaire avait le sourire et la chaleur des Capelains et des Capelaines. Les représentants du haut-Agenais y croyaient : cette fois-ci serait la bonne. Il faut dire que, depuis des années, les protégés des Saint-Béat – père et fils – multiplient les accessits.

Entre recueillement et ferveur, les supportrices capelaines ont donné de la voix jusqu'au bout !... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Pièce essentielle de l'Entente des 4 cantons, jamais vaincus même quand ils sont battus, à l'instar d'un village d'irréductibles peuplé de carbonari, l'AS Capelaine mérite elle aussi, largement autant que Villeréal ou Castillonnès, de brandir à son tour le bouclier de Champion de France.

Tout le village de Lacapelle avait fait le déplacement... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Sur le pré champêtre de Villeneuve-de-Marsan (Ndlr - On aurait rêvé d'un cadre un poil plus prestigieux à la hauteur d'une finale "nationale", n'est-ce pas ?) les conditions étaient réunies pour que cette fête du rugby des villages dont les Basques eux aussi sont issus, soit un succès.

Contrairement aux apparences, la battucada capelaine... c'était pas du bidon !... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Tout le village était là, mais... les Quatre Cantons était largement représentés ! D'autant qu'au-delà de la rivalité de clochers, plusieurs de ceux qui portent le jersey Rouge et Blanc, ont au fil des ans évolué dans les clubs voisins. Pour le plus grand bien de ces derniers.

Tout un village a crié son amour des Rouge et Blenc... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

On pense notamment aux Palazy, Duluc, Domengie ou aux frangins Saint-Béat (mais on arrête là car on va en oublier !) c'est dire les liens très forts qui unissent les Capelains au pays environnant.

Un état d'esprit et un dynamisme qui expliquent pourquoi, depuis des années, les Rouge et Blanc tutoient ce qui se fait de mieux en Ovalie, quelques soient les difficultés, que ce soit en promotion ou en première série.

Le talent du buteur ne pouvait pas tout faire... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Dimanche, l'ASC n'a donc pas eu à rougir (y a pas de jeu de mot !)... Pourtant un vieux commentateur des bords de touche confiait avant le coup d'envoi sa crainte de voir « ses petits ne pas exister » perdre la face sous la pression de l'enjeu.

D'entrée, les Capelains sont au défi... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Il n'en a rien été. L'AS Capelaine a parfaitement attaqué le match. Derrière le coup d'envoi, l'alignement capelain contrait le lancer basque. Il n'y eut pas de round d'observation. L'ASC avait servi la pression. Les Basques plongeaient les mains derrière le comptoir. Marchoux réglait l'addition ! (3e - 3 à 0)

Un gros stop et un ballon récupéré !... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Les Capelains ont relevé le gant et sont montés au défi malgré les arguments athlétiques apparemment à l'avantage des compatriotes de Luis Mariano. La défense a immédiatement donné le ton et administré quelques tampons aux gaillards du Labourd.

Devant, les avants capelains répondent dans l'engagement... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Sous la pression et leur volonté de jouer vite, les Basques commettent de nombreuses fautes de main (5e, 6e, 10e) qui font avorter leurs tentatives de ballon porté.

Arcangues, toutefois, occupe le camp capelain. Au quart d'heure de jeu, pourtant, on pense que Lagarde et ses copains vont se libérer de l'emprise et s'installer en terre basque.

Mais au terme d'une relance magnifique, le ballon est rendu sur un coup de pied mal inspiré qui va remettre Arcangues dans le sens du jeu.  Dès lors le vent tourne pour l'ASC de façon défavorable.

Les Capelains ont du mal à trouver un espace dans le dispositif arcanguais. - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Arcangues revient au score (15e ; 3 à 3), puis prend l'avantage sur une gourmandise capelaine sur un ruck (19e ; 3 à 6). Lacapelle réagit, mais Marchoux voit son ballon heurter le poteau (24e). Le combat fait rage. Les Rouge et Blanc se sacrifient sur les portés adverses. Avec succès, même, arrachant deux ballons coup sur coup (27e, 29e).

La chance... n'a pas souri aux Capelains. - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Mais le coup de pied à suivre va directement en touche ! En face, faute de solution, Oyharçabal, l'arrière, tente un improbable drop qui passe entre les perches. La chance a choisi son camp ! (30e ; 3 à 9)

Lacapelle se multiplie en défense... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

L'engagement monte d'un ton. Un seconde latte adverse prend un jaune (35e). Les avant capelains livrent une grosse séance de défense au ras. Repoussent leur adversaire jusque sur leurs 22 m qui garde un ballon au sol. Marchoux ramène les siens dans la partie (39e ; 6 à 9)

Hélas, derrière la remise en jeu, Lacapelle commet une faute au sol et rend les trois précédents chèrement acquis. (40" + 3 ; 6 à 12)

Lacapelle a tenté jusqu'au bout de prendre la défense basque à défaut. - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Lacapelle vient de traverser une préiode difficile que les citrons n'effaceront pas.  L'entame de seconde mi-temps est du même tonneau : deux ballons perdus et un ballon expédié directement en touche. Le tout en à peine deux minutes...

Pourtant, Lacapelle a raison d'y croire. Jusqu'ici, aucune des deux équipes n'est parvenue à prendre son adversaire en défaut. Tout est encore possible.

Dans l'alignement aussi, Lacapelle a tout tenté. - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Alors, les garçons de Julin Chassaing se multiplient. Dans les airs, dans le gazon, sur les portés... Et dans le combat. Ils ne cèderont finalement qu'une seule fois... Et il aura fallu, pour ouvrir une faille dans leur organisation, un carton blanc.

La pénaltouche infligée, aux 15 m, sera classique mais terrible ! Ballon porté. Pénétrant. Essai. Non transformé. (61e ; 6 à 17)

Les avants capelains se battront jusqu'au bout... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Il reste vingt minutes à jouer et Lacapelle va repartir à l'assaut. Sous leur pression, les Arcanguais vont avoir du mal à tenir le planchot. Ça chauffe. Deux fois, Marchoux va faire mouche (62e, 68e). À 12-17, tout est encore possible. À condition de conserver sa lucidité. À ce stade du match et du combat, c'est difficile.

Hélas. L'ASC se met à la faute et perd pied (77e ; 12 à 20), mais l'ASC veut y croire  et remet du combat, jusqu'au bout, à la main... et arrache une pénalité que Marchoux réussit ! (80e+1 ; 15 à 20)

Dans les arrêts de jeu, les Capelains ont tout donné - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

 L'arbitre annonce « 4 minutes à jouer ! » On y croit mais on oublie qu'il faut impérativement conserver le ballon. Ne pas le rendre. C'est le buteur basque qui eut le dernier ballon. Pénalité manquée. Mais c'est au Pays basque que le bouclier, ce dimanche soir, sera arrosé.


— La feuille de match  —
Championnat de France 1ère série - Finale

   LACAPELLE  15  – ARCANGUES 20    
(Mi-temps : 6 à 12)

Villeneuve-de-Marsan : Stade Jacques Dutin. Temps : ensoleillé et chaud. Terrain : Bon. Arbitre : M. Régis (Midi-Pyrénéess).

A.S. CAPELAINE (Périgord-Agenais)
5 pénalités : Marchoux (3e, 39e, 63e, 68e, 80e+1).

Carton blanc : Meytadier (60e).

Composition de l'AS Capelaine : Fogli, E. Cossu, Couteleau.- Vila, Cocco. -Pistore, Jones, Petit. - (m) Lagarde (cap), (o) Marchoux. -  Y. Noninck, Rouault, Caresio, Duluc. - Meytadier. Le banc : Gambararo, Setze, A. Laffon, B. Chassaing, Cabanes, Mathalou, Lafon.. - Entraîneur : Julien Chassaing. Adjoint : Florent Delcoustal. Soigneur : Laurent Loudes.

EMAK HOR RUGBY ARCANGUES-BASSASSURY (Côte basque-Landes)
1  essai : J.P. Reigneguy (61e).

4 pénalités (15e, 19e, 40e+2, 77e), 1 drop (30e) : Oyharçabal.

Cartons jaunes : Etchart (35e), Lagenèbre (80e).

Composition de l'EHR Arcangues : Bertizberea (cap), Blaison, X. Reigneguy. - Etchart, Tauziet. - Toniot, Lagenèbre, Fernandez. - (m) Belloc, (o) M. Etcheveste. - C. Beilvert, Raufaste, D. Etcheveste, Combes. - Oyharçabal. - Le banc : J.P. Reigneguy, Castel, Mathieu, Carrère, Meyzenc, Roucau, Rospide. - Entraîneur : Philippe Aizpuru et Cyril Pamphile. Adjoint : Jérémy Ostiz.. Soigneur : Txomin Amilibia.

Le planchot : 3-0 ; 3-3 ; 3-6 ; 3-9 ; 6-9 ; 6-12 (MT) ; 6-17 ; 9-17 ; 12-17 ; 12-20 ; 15-20.

Les Capelains peuvent être fiers de leur club, deux fois vice-champion de France en une décennie... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

 


 

 

 

 

 

 

 

 

25/06/2018