12/03/2020

Virus › LE CORONA... MAIS PAS QUE !

Des mesure de bio-sécurité à appliquer expressément !...|Illustration DR

Nous vous alertions, il y a un mois, sur les foyers de "grippe" aviaire hautement pathogène détectés en Europe de l'Est. De nombreuses espèces sont touchées : dindes surtout, mais aussi poules, pintades, oies reproductrices, basses-cours et faune sauvage.
La préfecture de Lot-et-Garonne revient sur ce dossier pour "conseiller aux particuliers de confiner leurs volailles ou de mettre en place des filets de protection sur les basses-cours"...



Si vous détenez des volailles de basse-cour ou des oiseaux captifs destinés uniquement à une utilisation non commerciale, il est conseillé de:
~ confiner vos volailles ou mettre en place des filets de protection sur votre basse-cour;
~ exercer une surveillance quotidienne de vos animaux.
Ces animaux sont sensibles au virus de l'influenza aviaire.

Rappel des mesures, en tout temps...

- Protéger votre stock d'aliments des oiseaux sauvages, ainsi que l'accès à l'approvisionnement en aliments et en eau de boisson de vos volailles ;

- éviter tout contact direct entre les volailles de votre basse cour et des oiseaux sauvages ou d'autres volailles d'un élevage professionnel ;

- ne pas vous rendre dans un autre élevage de volailles sans précaution particulière ;

- protéger et entreposer la litière neuve à l'abri de l'humidité et de toute contamination sans contact possible avec des cadavres ;

- si les fientes et fumiers sont compostés à proximité de la basse cour, ils ne doivent pas être transportés en dehors de l'exploitation avant une période de stockage de deux mois. Au-delà de cette période, l'épandage est possible ;

- réaliser un nettoyage régulier des bâtiments et du matériel utilisé pour votre basse cour et ne jamais utiliser d'eaux de surface : eaux de mare, de ruisseau, de pluie collectée ... pour le nettoyage de votre élevage.

Si une mortalité anormale est constatée: conserver les cadavres dans un réfrigérateur en les isolant et en les protégeant et contactez votre vétérinaire ou la direction départementale (Préfecture) en charge de la protection des populations.

 


 

12/03/2020